21/11/2017

Dalida - Top 4 des meilleurs livres

d.jpgLa véritable Dalida d’Emmanuel Bonini a été écrit dans le plus grand secret par rapport à l’entourage encore vivant de Dalida. Tableau clinique de la solitude inhérente à ce métier demandeur et même phagocytant qu’est le spectacle, il décrit une star qu’on écoutait sans doute pas assez. Est-ce vrai ? Là n’est pas le plus important mais il est très intéressant de voir Dalida autrement, de comprendre certaines des raisons de son retrait deux à trois ans avant sa mort. Fini les dimanches à jouer aux cartes entre amis, fini les dîners, fini d’honorer toutes les invitations publiques. Dalida était-elle mal entourée ? Supportait-elle encore “la cour d’homosexuels” autour d’elle ? Avec beaucoup de tendresse, d’admiration, de finesse et de précision dans ses mots, Emmanuel Bonini s’agenouille près de son sujet comme un psychologue voulant sincèrement aider.

Ses grands malheurs et ses succès sont relatés sur 350 pages. Au fur et à mesure que le gouffre béant de la cicatrice originelle de Dalida gagne du terrain, son répertoire devient plus grave au tournant des années 70. La star jouera alors sur deux tableaux : la diva mélancolique et la grosse star toute pailletée en tête de file de la disco-parade. De manière rigoureuse, l’auteur a choisi un angle bien précis : et si on avait fait croire à Dalida que le travail allait réellement la sauver ? Une femme meurtrie perdue dans le haut degré d’exigence de son travail. Un don vocal cultivé avec effort, une culture en autodidacte pour compenser le manque d’études, ses grandes mises en scène, ses amours passionnées et surtout sa quête d’elle-même sont à retrouver dans La véritable Dalida.

Source : Bulle de Culture

Voyez aussi l'article : La véritable Dalida (cliquez ici)

Elle est décédée voici pile trente ans, le 3 mai 1987. Vous connaissez ses chansons, vous connaissez son regard, vous connaissez ses gestes dans les cheveux… mais connaissez-vous son goût immodéré de la philosophie et l’acharnement du destin sur elle ? Sélection personnelle de Bulles de Culture, le Top 4 des meilleurs livres autour de Dalida vous montrera une autre facette de la diva. Car diva certes mais profondément humaine. 

Top 4 du site Bulle de Culture :

1. Dalida (2005) de Catherine Rihoit
2. Laissez-moi danser (2017) de lisa Azuelos
3. La véritable Dalida (2004) d'Emmanuel Bonini)
4. Dalida sur le divan (2015) de Joseph Agostini

***

"La véritable Dalida" - Commentaire de Florell, du site Voyage Livresque (3 avril 2011)

top 4,dalida,livre,biographie,emmanuel boniniCe n’est pas le premier livre que je lis sur Dalida, juste le septième. Mais parce qu’il promettait de rétablir une certaine vérité, j’ai voulu le lire. J’admets que j’ai eu peur pendant un moment que ce livre soit juste là pour créer une polémique, et qu’au final il ressemble à une certaine presse torchon que j’exècre plus que tout, et que j’ai eu l’honneur de découvrir en travaillant dans une presse. Bref, j’avais peur de cela, mais finalement non. C’est avec le respect de la personne et les témoignages des vrais amis, ceux qui ne demandaient rien en retour, que ce livre fut construit.
Certes Dalida est parfois un peu égratigné dans ces pages, mais c’est sur des choses humaines et qui n’ont jamais vraiment été cachées, ses colères terribles par exemple, dont l’auteur nous parle. Parfois, comme nous tous, elle pouvait aussi se montrer cruelle dans certains propos, mais bon qui ne l'est pas ? Quoi qu’il en soit c’est vrai que ces pages ne montre pas toujours le portrait bien lisse des biographies passées dans les mains du frangin, mais cela est agréable, car des personnes 100% parfaite je n’en connais pas. Pas plus qu'il doit exister des artistes qui n'ont jamais eu de mauvaises critiques venant de la presse, fait souvent évincé par le frangin.
Cependant ces pages retracent aussi sa gentillesse, il est vrai que Dalida pardonnez tout, et ne jugez personne. Elle avait des amis dans différents milieux, et était toujours là pour les autres. Sa gentillesse et sa simplicité étaient naturelles, et plus d’un aura su en profiter ; certains de ses amants, ses sois disant amis comme François Mitterrand ou d’autres membres du PS en 1981, ou encore son fameux frère Bruno, dit Orlando, qui aura pris le nom de son grand-frère une fois dans le milieu du Show business.
En plus, l'avantage ce livre, et c'est ça qui est génial aussi, c'est que contrairement aux autres biographies, ou devrais-je plutôt dire hagiographies ( ?), le manège du frère a été assez bien développé et mis à jour. Certes il argue encore aujourd’hui, que Dalida n’était pas qu’une artiste mais aussi sa sœur, ce qui est vrai. Cependant ce qu’il ne dit pas, c’est qu’il considérait sa sœur comme sa chose, une machine à tube, ou l’argent passé avant les liens du sang, et le bien être de cette dernière. Combien de fois aura-t-il écarté de sa route les hommes de sa sœur ? Plein de fois. Combien de fois quand sa sœur allait mal, il aura été derrière elle en lui disant : « Il faut que tu travailles ! », alors que d’autres plus délicats, auraient dit : «  Tu as besoin de repos. » ? Et Dalida trop gentille, disons pas assez forte face à ce frère qui l’étouffait, ne pouvait rien faire. Elle était vraiment prisonnière de ce dernier qui ne pensait qu’à l’argent, l’image et à la gloire, alors qu’elle, elle aurait parfois et souvent voulu autre chose. En fait ce livre complète vraiment certains points, et nous aide à en comprendre d’autres, et si elle a préféré son grand frère, le véritable Orlando, au faux ce n’était certainement pas par hasard. Enfin bref, tout ça pour dire que ce n’est pas que un livre sur la star, mais plutôt sur la personne que Dalida était, et aussi sur l'envers du décor.
On pourrait me dire que ce que je viens de d’écrire, et donc ce qui est inscrit dans ce livre par extension, est faux. Tout n’est peut être pas à prendre, cependant en plus des témoignages des véritables amis, l’auteur confirme ses dires par d’autres livres, d’autres mémoires qui n’ont rien à voir avec Dalida à la base, mais où dans une page, un coin de texte, Dalida est présente.
Puis honnêtement et au vu des autres biographies que j’ai pu lire d’elle où certaines choses sont trop lisses, rapides et flous sur certain point, je ne pense pas que ça soit que du bobard. Surtout qu’Orlando est plus vénal que filiale, comme j'ai pu m'en apercevoir bien avant. Bon rendons lui justice, si Dalida n'est pas tombée dans l'oubli aujourd'hui, c'est bien un peu grâce à lui, même si ses remasterisations ne sont pas du meilleur goût, surtout que c'est souvent les mêmes rengaines qui sont reprises. La Dalida originale aux chansons connues ou pas, vaut mieux que ça franchement.
En résumé ce livre est vraiment agréable à lire pour peu qu’on apprécie Dalida, néanmoins je conseille la lecture d’au moins un livre avant celui-là qui est, Mon frère tu écriras mes mémoires de Catherine Rihoit, puisque beaucoup des passages du livre La véritable Dalida y font référence, mais je pense aussi que sans une vue d’ensemble il serait assez compliqué de comprendre le totale portrait de cette chanteuse mais aussi de cette femme aux milles facettes.

Photo : © Emmanuel Bonini 

27/03/2014

La véritable Dalida

bon3.jpgPrésentation de l'éditeur (2004)

Après avoir vécu une enfance difficile au Caire, des débuts professionnels qui ne la destinaient pas à une carrière de chanteuse et une succession d'amours malheureuses, Iolanda Gigliotti, devenue Dalida, ne connut pourtant jamais le bonheur, même parvenue au sommet de la notoriété.
Au fil des années, elle se retrouva prisonnière d'un entourage qui entendait la façonner à sa guise. Parce qu'elle ne sut jamais lui dire "non" et qu'elle plongea dans une solitude de plus en plus oppressante, elle choisit un jour de s'évader par le suicide. C'était en mai 1987. Pourquoi cet acte définitif ? Quelle femme meurtrie se cacha derrière une artiste admirée dont tout le monde salua le haut degré d'exigence dans le
travail ? Pour comprendre le destin tragique et déconcertant de l'une des stars les plus adulées de la variété française, Emmanuel Bonini a mené une enquête rigoureuse. Il a interrogé des célébrités qui l'ont beaucoup côtoyée (Rika Zaraï, Annie Cordy, Hervé Vilard, Charles Dumont, Michèle Torr, etc.) et rencontré de nombreux et précieux témoins-clés dans les différentes étapes de sa vie qui ont accepté de sortir de l'ombre. Les révélations de son livre ne manqueront pas d'étonner tous ceux qui croyaient connaître une femme pourtant largement racontée dans les colonnes de la presse à sensation.

Voyez aussi le TOP 4 des meilleurs livres consacrés à Dalida (cliquez ici)

dalida,la véritable dalida,emmanuel bonini,biographie

Grande fête donnée à Montmartre, en septembre 2004, pour la sortie du livre "La véritable Dalida". 

Photo envoyée par Jean-Batiste Casalta. 

dalida,la véritable dalida,emmanuel bonini,biographie